loading...
(adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({}); L'exécutif accusé de "récupération" après l'arrestation de Salah Abdeslam - Algeria latest news

À droite, plusieurs responsables politiques accusent le gouvernement de surréagir après l'arrestation du terroriste présumé.

Intervention de François Hollande depuis Bruxelles, point presse de Manuel Valls, conseil de défense convoqué à l'Elysée, passage au JT de TF1 de Bernard Cazeneuve... L'exécutif est en première ligne depuis l'arrestation, vendredi après-midi, de Salah Abdeslam, présenté comme un élément clef des commandos du 13 novembre. Samedi, le ministre de l'Intérieur a évoqué un «coup important porté contre Daech».

Un activisme qui agace certains représentants des Républicains. Eric Ciotti a été le premier à monter au créneau, samedi, après le conseil de défense présidé par François Hollande. L'Élysée avait présenté cette réunion comme une occasion de «faire le point sur les opérations menées et sur la lutte contre les filières terroristes en France et en Europe». Le député LR des Alpes-Maritimes n'y voyait lui qu'une «opération de communication». «Qui y'a t-il réellement de nouveau depuis hier soir 19h pour faire ce conseil de défense?», s'est-il agacé sur iTélé. Dès vendredi soir, il avait mis en garde sur Twitter contre «l'habituelle récupération politique» qui peut accompagner ce genre d'événements. «François Hollande utilise des événements tragiques comme une bouée de sauvetage», a-t-il encore écrit sur le réseau social.

Ce dimanche, François Fillon, dont Eric Ciotti a longtemps été proche, a lui aussi jugé que «tout le monde en fait trop» autour de l'arrestation de Salah Abdeslam. «Ces criminels doivent être traités avec beaucoup de fermeté et un peu de mépris aussi», a-t-il expliqué au Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI. «Quand on en fait le cerveau de cette opération je pense qu'on en fait un peu trop (...) Il ne faut pas non plus exagérer les choses. [Salah Abdeslam] est juste un pion parmi d'innombrables pions dans une guerre mondiale et en faire une immense victoire contre le terrorisme, c'est d'une certaine façon nier la gravité de la situation qui est en face de nous», a ajouté l'ex-premier ministre, craignant que Salah Abdeslam ne devienne «une sorte de héros pour tout le monde des fondamentalistes islamiques».

Tag(s) : #Section Française

Partager cet article

Repost 0