loading...
(adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({}); Affaire Chakib Khelil : à l'APN, les députés se déchaînent contre le pouvoir qui a innocenté un " voleur " - Algeria latest news

Le retour de Chakib Khelil s’est invité ce mardi 12 avril dans la séance plénière à l’APN consacrée à l’examen du projet du Code pénal. Les interventions des députés de l’opposition se sont transformées en un véritable réquisitoire contre le « pouvoir » et la justice.

« De quelle justice parlez-vous ? Vous qui êtes les premiers à transgresser les lois de la République ?» s’est interrogé Hacen Laribi, député d’El Adala, en s’adressant aux « dirigeants de ce pays ».

« Expliquez-nous, poursuit-il, la réaction de votre justice. Elle avait lancé un mandat d’arrêt contre Chakib Khelil, l’ancien ministre de l’Énergie. Aujourd’hui, vous déroulez le tapis rouge à l’homme et vous mettez à la retraite le procureur général, dont le seul tort était d’appliquer la loi contre ceux qui ont dilapidé les richesses de notre peuple ».

Hacene Laribi qualifie Chakib Khelil de « voleur ». Il accuse la zawiya el Marzoukia de vouloir innocenter l’ancien ministre de l’Énergie « et sa famille ainsi que Farid Bedjaoui ».

De son côté Naaman Laouar, député de l’alliance verte, s’est demandé pourquoi la justice n’a pas été actionnée contre les responsables au pouvoir accusés de corruption. « Nous aurions souhaité que Khelil soit innocenté par la justice et non par d’autres parties», a-t-il dit.

Pour Zegad Lahbib, député indépendant, les médias et les responsables qui innocentent aujourd’hui Chakib Khelil détiennent les preuves de sa condamnation.

Le président de l’APN Larbi Ould Khelifa, décidément gêné par les interventions, est intervenu à plusieurs reprises pour rappeler à l’ordre les députés et les inviter à revenir au sujet essentiel de la plénière d’aujourd’hui.

Cela n’a pas empêché Djeloul Djoudi du PT de rappeler aux ministres « quelques vérités». « Le PT vous a déjà saisi à travers une question orale sur le cas de Chakib Khelil. Dans votre réponse écrite vous avez, Monsieur le ministre, précisé que la question est entre les mains de la justice. Que s’est-il passé alors ? ».

Une intervention qui a amené Tayeb Louh à intervenir en plénière pour apporter «des précisions ». « Ma réponse est celle rapportée par la presse. Je l’assume. Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit», a répondu le ministre de la Justice, qui a refusé de répondre à la presse en marge de la plénière.

Tag(s) : #Section Française

Partager cet article

Repost 0