loading...
(adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({}); Start-ups : les Pays-Bas veulent concurrencer la France - Algeria latest news

En mars dernier, le roi Willem-Alexander et la reine Máxima des Pays-Bas visitaient Numa, l'un des incubateurs parisiens de start-up. L'occasion de glaner quelques idées, car ce petit pays veut se positionner comme le point d'entrée idéal pour les start-ups non-européens. Les Pays-Bas sont certes un petit marché avec ses dix-sept millions d'habitants, mais les Néerlandais sont très technophiles: ils sont parmi les plus connectés à la fibre (98% contre une moyenne européenne de 62%) et trois Hollandais sur quatre ont des compétences basiques du numérique, contre 59% en Europe. Ce qui en fait un marché test idéal, clament les autorités néerlandaise, mais aussi un endroit idéal pour trouver des collaborateurs, avec un niveau d'études élevé et parlant plusieurs langues. Uber a son siège européen Amsterdam et le réseau social américain Nextdoor vient d'annoncer son arrivée dans le pays pour se développer sur le Vieux Continent.

Mais, à part le site de réservation d'hôtels Booking, le service d'envoi de fichiers Wetransfer et la plateforme de paiement Ayden, la réputation des Pays-Bas en matière de start-ups reste largement à faire. Le gouvernement a donc décidé de faire appel, fin 2014, à un poids lourd, l'ancienne commissaire en charge de la «société numérique» européenne, la hollandaise Neelie Kroes, pour faire la promotion du pays auprès des start-ups et de leurs financeurs. «Nous avons l'ambition de hisser les Pays-Bas dans le top trois des pays préférés par les start-ups. Nous sommes aujourd'hui le quatrième pays européen selon le Global Startup Ecosysteme Ranking, après la Grande-Bretagne, l'Allemagne et la France. Avant nous n'étions même pas classés», explique la special envoye de StartupDelta. Ce programme regroupe les différentes villes et universités néerlandaises qui veulent chacune offrir des compétences spécifiques, comme l'alimentaire à Wageningen, la santé à Nijmegen et la high-tech à Delft et Eindhoven.

Un visa européen

Ces villes seront toutes à l'honneur du Startup Fest, une grande conférence organisée dans le cadre de la présidence hollandaise de l'Union européenne qui se déroulera du 24 au 28 mai dans le pays, grand comme la Silicon Valley. Des invités très prestigieux seront sur scène: Travis Kalanick, patron d'Uber, Tim Cook, PDG d'Apple ou encore le commissaire actuel en charge du marché numérique, Andus Ansip, et le premier ministre hollandais Mark Rutte.

«Le but de Startup Fest est que les entrepreneurs rencontrent des investisseurs, concluent des partenariats et attirent les talents», résume Constantijn d'Orange, président de la conférence et frère du roi, mais surtout ancien directeur de cabinet de Neelie Kroes. Les Pays-Bas veulent profiter de leur présidence de l'Union européenne pour pousser l'idée d'un visa européen pour les start-ups. «Aujourd'hui chaque pays sa propre politique. Avoir un visa unique permettra d'attirer des projets non-européens», estime Neelie Kroes. La Hollande a ainsi un visa sur mesure depuis janvier 2015 et la France son «French Tech ticket» depuis mai dernier.

Amsterdam aura le premier pont imprimé en 3D

Il enjambera certes le plus petit canal d'Amsterdam de seulement 6,5 mètres, au cœur du Quartier Rouge, mais ce sera le premier pont imprimé en 3D. «Deux robots commenceront à ajouter du métal par soudage en septembre cette année et finiront par se rejoindre en mars prochain. Le pont devrait être inauguré en septembre 2017», explique Gijs van der Velden, cofondateur de la start-up MX3D. La fabrication additive de métal est pour l'instant moins répandu que avec le plastique, mais il devrait connaître le même essor. C'est pourquoi la jeune entreprise a déjà séduit des partenaires prestigieux comme ArcelorMittal, ABB, et Air Liquide. «Notre technique par soudage est cinq fois moins cher que la technique dominante avec du poudre de métal et bien plus rapide. Comme on ne travaille pas avec des imprimantes, la taille des pièces est illimitée», avance Gijs van der Velden. Michelin a annoncé en septembre la création d'une coentreprise avec Fives pour l'impression 3D de métal.

Tag(s) : #Section Française

Partager cet article

Repost 0